Location voiture Bizerte à un prix pas cher

La ville Bizerte

Bizerte ou Banzart est une ville du nord de la Tunisie assise entre la mer Méditerranée et le lac de Bizerte. Elle est le chef-lieu d'un gouvernorat peuplé de plus d'un demi-million d'habitants.

Elle se voit à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest de Tunis, la métropole du pays, et à cinq kilomètres du cap Blanc, la semence septentrionale de l'Afrique. La ville se situe à la clou sud-est d'un isthme sur la rive nord du canal de Bizerte reliant la mer au lac de Bizerte. Elle est reliée au reste de son aire urbaine située sur la rive sud du canal, formé par la localité de Zarzouna et les villes de Menzel Jemil et Menzel Abderrahmane, par un passerelle mobile qui débouche directement sur la RN8 menant à Tunis.

La densité et la typologie des monuments de Bizerte reflètent les différentes mutations subies par le tissu urbain de la ville à travers trente siècles d'existence. Ballottée par l'histoire, Bizerte a vu son aire bâtie et ses principaux édifices se recomposer plusieurs fois.
Mais si Bizerte a conservé son site d'origine pendant 3000 ans, sa vie urbaine a connu trois grandes périodes. La première se place à l'époque antique, elle correspond à une première phase d'implantation sous les puniques, puis, une deuxième phase de remodelage initiée par les Romains et les Byzantins. La deuxième grande période commence avec l'avènement de la dynastie arabe et se poursuit sous les Turcs. La troisième, correspond à la période du dix-neuvième et du vingtième siècles :Bizerte voit alors la construction d'un grand port de commerce et de guerre et l'implantation d'une importante colonie européenne.
  *  La ville Antique:
A propos de l'époque de la fondation de la ville nous ne disposons que du témoignage de Pline (historien Grec) qui nous apprend que la ville a été fondée en 110 avant JC. Les Tyriens l'avaient implantée dans une contrée qui se prêtait bien au développement de la civilisation. Pour ce faire, ils entreprirent des travaux d'aménagement pour viabiliser les alentours de ses canaux. Une lecture attentive du plan de la Médina centrale suggère que les limites de la ville romaine seraient matérialisées au Nord par  la rue de la Kasba , au sud par le quai du vieux port et à l'Ouest par la rue du Camp.
  *  La citadelle de la Kasba:
S'élevant sur la rive Nord du canal d'entrée du vieux port, cette citadelle se présente sous la forme d'un rectangle assez régulier et s'élève sur un terrain quasi plat. S'agissant d'un ouvrage défensif, son enceinte ne se trouve percée que d'une seule porte coudée ouvrant sur sa façade Ouest. Celle-ci la met en communication directe avec le noyau le plus ancien de la ville : la Médina. La jonction se fait sur une place publique qui est en fait "la place du marché au charbon", une des places les plus animées et les plus populaires de Bizerte jusqu'à nos jours.
  Cette importante citadelle est flanquée de huit tours, de sections carrées et rectangulaires, dont une à chaque angle, une sur la courtine Ouest, deux sur la courtine Nord et une sur la courtine Est. Un chemin de ronde aménagé au sommet des remparts, derrière les murs parapets permet à la grade de circuler sur les trois façades Nord, Est et Ouest.
  *  La redoute de la Ksiba:
Pour défendre l'entrée de la rive sud du vieux port, les Byzantins ont élevé une redoute constituée d'une imposante tour de forme rectangulaire qui se compose d'une grande salle de garde de forme carrée couverte par quatre puissantes voûtes d'arête prenant appui sur un énorme pilier central de section carrée. Deux petites salles adjacentes à la grande devaient être réservées au repos du corps de garde, et deux autres identiques à elles, se trouvent au premier étage.
  Une série de petites cellules s'ouvrent sur une cour intérieure. Une observation attentive des détails constructifs, de l'emploi des arcs en fer à cheval d'origine orientale, des matériaux employés, de l'imbrication de la maçonnerie, donne à penser que ces cellules ont été accolées à la tour byzantine primitive, au IXe ou au Xe siècle par les arabes. La tour a dû être reconvertie en un Ribat par les troupes Arabes et les cellules ajoutées pour servir à leur hébergement ou de dépôt pour les vivres et les armes.
  Quant à la tour ronde qui constitue le point le plus avancé du système défensif de l'entrée du vieux port, elle est reliée à la tour rectangulaire byzantine par une courtine par un chemin de ronde qui permet de relier les deux tours.
   *  Le Fort d'Espagne:

  Au sommet de la colline de la Koudia s'élève une importante citadelle appelée Fort d'Espagne. Cette appellation -en réalité inadéquate- semble attribuer la construction de ce fort aux espagnols qui avaient occupé la ville de juin-juillet 1535 à septembre 1573. En réalité c'est la Pacha d'Alger Eulj Ali qui avait ordonné la construction de ce fort en 1570, d'après les plans établis par un ingénieur sicilien qui avait dessiné également les plans des forts d'Alger. Eulj Ali n'avait pas eu le temps d'achever son oeuvre; ses troupes furent chassées en septembre 1573 par les armées espagnoles commandées par Don Juan d'Autriche qui vont mener à bout le travail commencé par Eulj Ali. Le fort perpétuera ainsi leurs noms.
  Le Fort d'Espagne se présente sous la forme d'une étoile à cinq branches, et pour des raisons défensives évidentes il n'a qu'une seule porte. Sa position privilégiée lui permet d'avoir une vue d'ensemble sur la ville et son port et de les défendre par les canons qui garnissent ses puissantes murailles.
   *  Les marchés:
  Autour du vieux port se concentrent les différentes activités commerciales et artisanales. C'est là qu'on trouve les divers souks disposés en corps de métier : le souk des forgerons, le souk des menuisiers, le souk El Attarine, le souk des Fruits et Légumes etc...